Qui sont les All-Stars à Noël (Part II)

adminbsPar adminbs Publié

Alors que la première moitié de saison touche à sa fin, petit bilan des joueurs qui seraient invités au All-Star Game en ces fêtes de fin d'année.

Voilà maintenant plus de trente matches que la reprise de la NBA a sonné. Avec cette "mini-trêve" des fêtes de Noël, il est temps de se pencher sur la cérémonie annuelle des plus attendues, le All Star Game. Alors que l'édition 2018 aura lieu à Los Angeles, le match des étoiles sera chamboulé avec la fin de l'Est contre l'Ouest et des capitaines qui choisiront leurs coéquipiers. Sans anticiper les futures équipes, nous avons décidé de faire un point, en deux parties, sur les 24 all-stars potentiels de cette saison en tenant compte de leur conférence respective. En gros, comme si la formule était inchangée. Après l'Ouest hier, c'est au tour de la Conférence Est.

Cinq majeur du All Star Game 2018 :

LeBron James : Incontournable King. À pratiquement 33 ans, il est sans doute en train de réaliser l'une de ses meilleures saisons en carrière. Abandonné par Kyrie Irving cet été, LeBron porte presque à lui-seul la franchise des Cavs sur son dos. S'il était déjà intenable, voilà maintenant qu'il se sent à l'aise comme jamais avec son shoot. Sera à la lutte pour le titre de MVP de la saison avec James Harden.

Stats : 28,4 points, 8,2 rebonds, 9,2 passes à 57,1% dont 41,1% à trois points

Giannis Antetokounmpo : Heureusement pour ses adversaires, le Greek Freak s'est calmé ces dernières semaines. Parce que son début de saison... tout simplement injouable. On le dit depuis longtemps,  le ciel son shoot est sa seule limite. Et dire que la gamin vient juste d'avoir 23 ans. Effrayant. Pas impossible qu'il soit MIP une deuxième fois consécutive, ce qui serait une première dans l'histoire.

Stats : 29,6 points, 10,5 rebonds, 4,6 passes, 1,8 interceptions, 1,4 blocks à 54,2% dont 27,5% à trois points

Kyrie Irving : Il a voulu s'émanciper de LeBron, c'est finalement Boston qui l'a accueilli à bras ouverts, n'hésitant pas à expédier Isaiah Thomas aux Cavs. Pour le moment, le pari est gagnant pour Danny Ainge. Les C's sont premiers, le tout sans Gordon Hayward. "Uncle Drew" n'a jamais aussi bien porté son surnom. Il n'y a qu'à voir ses highlights de la saison pour s'en rendre compte. Féroce scoreur, il avait annoncé vouloir être un vrai meneur de jeu. Bon pour ça, il faudra repasser. Autrement, il n'y a pas meilleur à l'Est à son poste.

Stats : 24,9 points, 2,9 rebonds, 4,9 passes à 49,2% dont 41,2 à trois points.

DeMar DeRozan : Toutes les stars à son poste étant partis, voilà que DeMar DeRozan s'invite parmi les titulaires du All Star Game. Mais ne croyez pas que c'est un choix par défaut. S'il a quelque baissé sa moyenne de pions (de 27,3 à 24,9), il shoote nettement moins (21 à 17,5), fait plus de passes (3,9 à 4,9) et surtout est beaucoup plus adroit (46,7 à 49,3). Dernièrement on l'a même vu caler quelques brindilles à trois points, notamment contre Philadelphie avec six tirs primés. On rappellera que Toronto est pour le moment deuxième à l'Est.

Stats : 24,9 points, 4,4 rebonds, 4,9 passes à 49,3% dont 34,1% à trois points

Joel Embiid : Oui il n'a joué que 31 matches en trois ans avant cette saison. Oui, il reste un joueur fragile. Mais putain, ce qu'il fait est incroyable ! Dans une ligue où on s'écarte de plus en plus, il est le big man avec DeMarcus Cousins le plus approprié. Son énorme contrat signé cet été ne lui a mis aucune pression, bien au contraire. Sans parler de ses sorties médiatiques ou sur les réseaux sociaux toutes plus "priceless" les unes que les autres. Hakeem Olajuwon doit être fier.

Stats : 23,7 points, 10,9 rebonds, 3,5 passes, 2 blocks à 48,6% dont 26,2% à trois points

Remplaçants :

Kevin Love : Le nouveau lieutenant de LeBron, depuis le départ de Kyrie Irving, n'a pas perdu la main. Très (trop) souvent critiqué, il tourne à quasiment 20 pions et 10 rebonds en seulement 29 minutes ! Pivot en l'absence de Tristan Thompson, il a su s'adapter, surtout avec les combats dans la peinture. Réalise sa meilleure saison sous le maillot des Cavs.

Stats : 19,8 points, 10,1 rebonds, 2 passes à 47,8 % dont 40,8% à trois points

Victor Oladipo : S'il y en a un que personne n'avait vu venir, c'est bien Victor Oladipo. À tel point qu'il fait pour le moment d'Indiana (4e à l'Est) le grand gagnant du trade pour Paul George ! Sa saison dans l'ombre du glouton Russell Westbrook lui a donné l'eau à la bouche, il pue la confiance et il est aujourd'hui le sixième marqueur NBA, avec 10 points de plus que l'an passé. MIP sans aucune contestation possible à l'heure actuelle.

Stats : 25,3 points, 5,4 rebonds, 3,9 passes à 48,6% dont 42,5% à trois points

Kristaps Porzingis : Débarrassé de Phil Jackson, du triangle et de Carmelo Anthony, le Letton a pris le contrôle de New-York. Point d'encrage du système de Jeff Hornacek, la licorne a passé ce premier cap dans sa jeune carrière. Et quand tu mesures 2,21m et que tu te mets à shooter à 9m, il est très compliqué de défendre sur toi. On peut lui reprocher son manque d'abattage au rebond et quelques matches où il a vraiment déchiré (Detroit par exemple avec 1 point à 0/11).

Stats : 24,7 points, 6,7 rebonds, 1,3 passes, 2 blocks à 45,3% dont 38,5% à trois points

John Wall : J'étais un peu embêté pour ce choix. Parce qu'il n'a joué que 22 rencontres, parce que ses stats ont baissé, parce qu'il a un pourcentage dégueulasse. Mais à choisir entre lui et Kemba Walker, j'avoue que le classement pas trop cata des Wizards, plus le fait que je sois extrêmement déçu par le "go-to-guy" de Charlotte ont pesé dans la balance. Et il ne faut pas se leurrer, il n'y aura pas qu'un meneur à l'Est au All Star Game.

Stats : 18,5 points, 3,7 rebonds, 8,6 passes à 41,3 % dont 34,1% à trois points. 

Khris Middleton : La bonne surprise de la liste. Avec l'absence de Jabari Parker et des défenses de plus en plus focalisées sur Giannis, Khris Middleton tire plus que largement son épingle du jeu.  Longtemps blessé la saison dernière, l'arrière des Bucks fait de loin ses meilleurs chiffres en carrière. Redoutable shooteur, sa présence avait été l'un des points forts pour la qualification en playoffs l'an passé. On attend désormais que lui, Bledsoe, Antetokounmpo et Parker puissent enfin jouer ensemble.

Stats : 20,8 points, 5,2 rebonds, 4,8 passes, 1,3 interceptions à 47% dont 35,6% à trois points. 

Al Horford : Ne vous fiez surtout pas à ses stats. Un All-Star, pas immense défenseur, à 14 points de moyenne, comment c'est possible (quoique y'a eu Kyle Korver) ? Tout simplement parce que sans lui, Boston ne serait jamais premier de l'Est. Sa polyvalence, son QI basket, et côté "je ne dis jamais rien", en font un coéquipier modèle. C'était entre lui et Ben Simmons, prime à l'ancienneté et aux résultats même si l'Australien est un phénomène rarement vu. Et il était impossible de ne placer qu'un joueur de Boston après cette demie-saison épatante.

Stats : 13,8 points, 7,8 rebonds, 5,4 passes à 51,7% dont 41% à trois points

Bradley Beal : "Je ne t'ai jamais vu jouer comme ça". Tels étaient les mots de John Wall après les 51 points de son compère à Portland. Mais le truc c'est que depuis la blessure de Jean Mur, c'est Beal qui a tenu la baraque à flot. S'il a sensiblement les même stats que l'an passé (un peu moins adroit), sa présence au All Star Game est pour le moment méritée.

Stats : 23 points, 4,2 rebonds, 3,5 passes à 44,1% dont 36,2% à trois points