40 raisons d’aimer ou de détester Kobe Bryant

adminbsPar adminbs Publié

Kobe Bryant est un monument NBA. Une légende qui n'a pas toujours fait l'unanimité. Nous avons donc compilé pour vous 40 raisons d'aimer ou de détester le "Black Mamba".

 

La NBA et les Los Angeles Lakers vont rendre hommage à Kobe Bryant cette nuit. La franchise mythique va effectivement retirer les deux numéros, 8 et 24, du Black Mamba. Une occasion pour nous de marquer l’événement en ressortant des anciens papiers au sujet de l’un des joueurs qui a marqué toute une génération de basketteurs.

- Car il est capable de planter 40 points et plus neuf matches de suite. Voilà qui classe un homme. Un fournisseur d’orgasmes pour les amateurs de grosses statistiques.

- Car il est capable de marquer 81 points dans un match. Une performance complètement folle au sein de la NBA moderne.

- Car il est capable de planter 62 points en trois QT quand l’équipe d’en face n’en marque que 61. Légendaire.

- Car il a eu le toupet de défier Michael Jordan au All Star Game en 1998.

- Car il ne tweete pas souvent mais manie déjà le troll à la perfection. Presque aussi bien que Jean-Michel Aulas.

- Car il a calé un énorme poster dunk sur un gars nommé Ben Wallace lors de la pré-saison 1997.

- Car il a désossé ses adversaires le lendemain de ses passages au tribunal la saison où il a été accusé de viol.

- Pour son trash talking avec Iverson lors du Match 2 des Finales en 2001.

- Car le jeu Kobe Bryant NBA Courtside Nintendo 64 était le TOUT PREMIER jeu vidéo portant le nom d'un joueur NBA dans lequel on pouvait jouer contre TOUTES les autres équipes NBA (les jeux Dr J, Larry Bird, David Robinson, Magic n'avaient pas de licence NBA... et on jouait seulement en un contre un ou contre des équipes générées avec des coéquipiers générés). Putain KB NBA Courtside était frais...

- Car il est présent dans une publicité pour Sprite avec Tim Duncan et Missy Elliot.

- Car il a eu le culot de ne prendre aucun tir en première mi-temps lors d’un match contre Sacramento en avril 2004. On l’accusait de trop croquer et on estimait que l’équipe jouait mieux lorsqu’il passait le ballon. Résultat, les Lakers ont perdu.

- Car il était le seul joueur de Team USA à regarder les autres matchs des Jeux Olympiques (et aussi les autres compétitions) à Pékin en 2008.

- Car il remet Team USA dans le match en début de money time en finale contre l'Espagne avant que Dwyane Wade ne termine le boulot.

- Car il s'est fait voler quelques titres de MVP (sérieux, Steve Nash deux titres ?)

- Plus thug tu meurs : sortir d'un match debout (et titrer ses lancers) avec un tendon d'Achille en moins. Who Else ? On peut aussi parler de ses entrainements endiablés avec Ruben Patterson, ses bagarres avec Smush Parker et Samaki Walker. Work hard, play hard.

- Car Shaq a tué tous ses coéquipiers... sauf lui (Abdul-Rauf, Penny, Wade). Mais bon, Kobe est "vilain" et Shaq le gentil clown.

- Allen Iverson, Vince Carter, Tracy McGrady, Dwyane Wade... Paraît que Kobe a toujours été le deuxième meilleur arrière au cours des moments forts de tous ces joueurs. Paraît...

- Car il a gagné le Dunk Contest lors de sa saison rookie en passant un Rider :

- D’ailleurs, à une époque, on se demandait qui de lui ou Vince Carter était le meilleur marqueur.

- Car il a réussi trois airballs dans le money time du match 5 contre Utah (Demi-finales de Conf') lors de sa saison rookie.

- Car il a planté 12 paniers à trois-points dans un match (contre Seattle en 2003). Record NBA, of course.

- Car, plus généralement, il a battu des dizaines et des dizaines de records dans cette ligue.

- Car il est présent dans le clip « Bug a Boo » des Destiny's Child.

- Pour son intersaison 2002 où il a bossé tout l'été avec Tim Grover et où il est revenu avec sept kg de muscle supplémentaires.

- Car Phil Jackson a dit dans son bouquin que, selon lui, Kobe aurait pu être un étudiant très instruit s'il avait été à la fac. Il était très intéressé par les bouquins qu'il lui filait et super doué en langues étrangères... Bref, le côté cerveau quoi.

- Car il a tweeté "Amnesty THAT" en réponse aux propos de Mark Cuban, qui suggérait aux Lakers d’amnistier la star.

- Car il a pleuré après sa blessure au tendon d’Achille. Comme s'il était en fait humain. Surtout qu'on ne le voit pas souvent craquer.

- Car checker ses statistiques tous les matins sur NBA.COM était un rituel à l’époque où Canal diffusait un ou deux matches par semaine.

- Car les joueurs NBA eux-mêmes checkaient en permanence les stats de Kobe. Il était LA référence.

- Pour son premier face-à-face avec Shaq depuis son départ à Miami lors du match de Noël avec notamment une poignée de mains glaciale entre les deux hommes.

[youtube hd="0"]https://www.youtube.com/watch?v=bEkMqQA43D8[/youtube]

- Car il réunit plusieurs générations de fans NBA.

- Car il s’est mangé deux droites furtives par Chris Childs.

- Car il n’a pas peur de dire ce qu’il pense haut et fort, quitte à lâcher quelques « motherfucker » à droite, à gauche.

- Car il a signé un contrat gigantesque avec les Lakers tout en affirmant continuer à jouer le titre alors qu’il savait pertinemment que son salaire handicapait sa franchise.

- Pour sa déclaration après ses 62 points en 3 QT contre Dallas. « Je joue pour gagner, pas pour marquer 70 points. Le match était plié, il était temps de sortir. » Pas mal pour un mec considéré comme égoïste.

- Car des millions de fans de basket se sont imaginés être Kobe Bryant en tapant des fadeaway sur leur playground.

- Car il été élu MVP du All Star Game 2002 à Philadelphie après s’être fait huer toute la rencontre.

- Car il est aussi populaire que Yao Ming en Chine.

- Car il nous rappelle le forum de BS. Les clashs entre les pro-Iverson et les pro-Kobe, c'était la violence. La vraie.

- Car soit on l’aime, soit on le déteste. Mais Kobe Bryant ne laisse jamais indifférent.

- Car on lui a collé cette image de nouveau « Michael Jordan » pendant trop longtemps alors qu’il était juste lui, juste Kobe Bryant. Et c’est déjà beaucoup.

Par Vincent Ricard, Shai Mamou, Romain Fougeron, Frédéric Yang, Antoine Pimmel et Barbara Youinou.