LeBron James veut redéfinir les codes du « prime »

adminbsPar adminbs Publié

Auteur d'une de ses meilleures saisons en carrière à 32 ans, LeBron James entend bien bousculer les codes en ce qu'on appelle le "prime" d'un joueur.

Et si à 32 ans, LeBron James réalisait sa meilleure saison en carrière ? S'il a déjà fait mieux en terme de scoring (28,1 points), sa polyvalence et ses pourcentages en carrière n'ont jamais été aussi élevés. Autre ses 8,4 rebonds et 9,1 passes qui montrent à quel point il a banalisé l'extraordinaire, il tourne à 58% aux tirs dont 40,7 derrière l'arc ! À l'aise comme jamais avec son shoot, LeBron était pourtant censé, selon les statistiques, commencer à décliner à l'aube de ses 33 ans. Mais l'Élu n'est pas un joueur comme un autre et il entend bien rompre les codes de cette période dîtes de "prime".

"Je veux essayer de briser les codes pour la nouvelle génération. Enlevez ces idées que tu as passé ton prime à 31 ans ou alors quand tu rentres dans ta 12e saison. J'espère vraiment pouvoir le faire. Je suis sérieux. Vous rigolez mais je ne fais pas ça que pour moi mais aussi pour les jeunes Je vais avoir 33 ans dans quinze jours, c'est ma 15e saison et je ne me suis jamais senti aussi bien dans ma carrière."

Là aussi, le fait de rester compétitif aussi longtemps reste toujours dans la lignée de son but ultime, devenir le GOAT. S'il compilait encore 30.4, 29.6 et 28.7 points/match entre 33 et 35 ans, Michael Jordan n'a compilé que douze saisons pleines (en encore il n'a disputé que 18 matches en 85-86) à son époque des Bulls, ce qui donne un avantage à LeBron James au même âge. À ce rythme, le stakhanoviste LBJ peut espérer tenir 2-3 ans et ainsi se rapprocher encore un peu plus du "fantôme de Chicago".