Qui pour donner un avenir NBA à Mario Hezonja ?

adminbsPar adminbs Publié

Alors que la suite de sa carrière en NBA paraît compromise, Mario Hezonja a rappelé cette nuit pourquoi il était aussi convoité à une époque.

Mario Hezonja, drafté en 2015, a découvert la plus grande ligue du monde il y a seulement trois ans. Et pourtant, sa retraite NBA approche au fur et à mesure que les matches et les semaines passent. En effet, le Orlando Magic n’a pas souhaité activer l’option sur son contrat pour la prochaine saison. Il sera lors free agent – sans restriction – en juillet prochain. Oh, bien sûr qu’il aura des contacts. Mais une franchise osera-t-elle lui proposer plus qu’un salaire minimum, ou proche, et un rôle au bout du banc ? C’est peu probable. De belles offres, plus juteuses, et un renouveau l’attendent en Europe.

Ce serait-là une fin décevante pour un joueur qui a autant fait fantasmer les scouts. Ses vidéos YouTube ont fait le tour des GM. Au point où Hezonja, drafté en cinquième position en 2015, était considéré comme l’une des prochaines stars européennes aux Etats-Unis. Il est donc tombé dans l’anonymat depuis. Sa saison rookie reste pour l’instant sa plus intéressante en NBA. Et il tournait à 6 petits points et 43% aux tirs à ce moment-là. C’est dire. Le Croate a été écarté de la rotation par Frank Vogel, successeur de Scott Skiles.

Il a fallu les blessures d’Evan Fournier et Aaron Gordon pour que l’ex-chouchou des internautes refasse surface. Il s’est retrouvé bombarder dans le cinq majeur lors des quatre derniers matches. Avec donc un carton cette nuit. 28 points lors d’une défaite du Magic. Avec 8 paniers primés et un comeback échoué de peu (Orlando a finalement perdu de quatre points). Des records en carrière, évidemment.

Les plus sceptiques rappelleront son inconstance. Mario Hezonja, c’est un peu l’effet yo-yo. Rien que ses performances récentes le démontrent. Il n’a marqué que 7 petits points pour son premier match dans le cinq. Pour ensuite enchaîner avec 17 pions face aux Clippers. Deux jours après, il faisait un vilain 0/2 (4 points) contre Portland. Puis finalement ses 28 points cette nuit. Sa seule régularité repose peut-être sur sa maladresse. Seulement 30% derrière l’arc en carrière, c’est très faible pour un gars qui a la réputation de shooter. Mais il n’a jamais eu non plus l’occasion de se mettre vraiment dans le rythme.

« Avec plus de ballons, vous avez plus de confiance. Il faut aussi savoir s’intégrer à un système tout en gardant ses qualités propres. Si je jouais que pour moi, je donnerais l’impression d’être bon mais nous ne gagnerions pas. Il faut savoir trouver son rythme tout en restant dans le système », expliquait l’intéressé.

Il a donc su rester professionnel. Après, des matches, le Magic en perd un paquet. Et la prestation de cette nuit montre que le bonhomme a du talent. C’est à se demander pourquoi Mario Hezonja n’a pas plus d’opportunités !

Parce qu’il a le profil parfait pour s’imposer au sein de cette NBA moderne portée sur le jeu rapide et le tir extérieur. Ce basket où les positions traditionnelles n’existent plus – il jouait ailier-fort cette nuit – et où les joueurs polyvalents ou bons shooteurs sont activement recherchés. L’ancien du FC Barcelone est un arrière de grande taille, 2,03 mètres, capable de faire mouche à distance mais aussi de faire tourner la gonfle, de bien lire le jeu et même d’assurer un rôle de troisième playmaker. Enfin ça, c’est la version idéale imaginée par ses partisans quand il s’est pointé en NBA. Mais c’est aussi le visage qu’il a montré cette nuit, dans un match certes sans enjeux. Ce Hezonja existe bel et bien ! Reste à savoir l’exploiter.

Victor Oladipo, ex du Magic justement, est l’exemple parfait de ces jeunes joueurs sur lesquelles la plupart des franchises ont trop vite tiré un trait. Alors, OK, les deux cas ne sont pas tout à fait comparables. « Dee-po » est presque un All-Star aujourd’hui. Et il avait déjà montré beaucoup plus que son ancien coéquipier, ce que soit à Orlando ou à Oklahoma City. Mais à son échelle, Mario Hezonja a lui aussi peut-être simplement besoin de la bonne situation pour se mettre vraiment en valeur. Après tout, il n’a que 22 ans !

Il se murmurait récemment que la franchise floridienne était prête à le transférer. Même au prix faible. Il n’y a donc personne pour oser sacrifier un second tour de draft ou deux sur un joueur qui était encore présenté comme un futur crack il y a peu ? Que quelqu’un lui donne sa chance !

Le record en carrière de Mario Hezonja